Séminaire M@rsouin

Je donne une communication vendredi 25 mai dans le cadre du 10è séminaire du Groupement d’Intérêt Scientifique M@rsouin (Môle Armoricain de Recherche sur la SOciété de l’information et des Usages d’INternet) à Océanopolis (Brest).

Le programme complet est diponible à cette adresse. Ci-dessous le résumé de mon article.

___________________

Figures de la bande dessinée numérique.
Un regard sur la variété de la création.

Parce que nous pensons que certains dispositifs mis en place dans la bande dessinée numérique sont assez marquants et/ou récurrents, nous faisons l’hypothèse que la bande dessinée numérique est réductible à un certain nombre de « figures » d’une rhétorique qui lui est propre. Ces figures montrent la diversité de la création. A chaque œuvre une forme, une interface, un mode de lecture et d’interaction qui lui est propre : la forme et le fond sont créés conjointement. Ceci n’est plus vrai dès lors que l’industrie culturelle s’en empare : la bande dessinée numérique se trouve réduite à une poignée de formats standards auxquels le fond doit se plier. L’émergence du livre numérique est une des causes de cette réduction du potentiel artistique des technologies : il rematérialise des contenus qui depuis longtemps avaient su s’émanciper de l’objet-livre. La confrontation de la variété de la création à ce phénomène réducteur pose question : le lire numérique a-t-il besoin du livre numérique?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.