Mini tournée d’automne

Je participe ce samedi aux Assises de la recherche sur les cultures populaires et médiatiques, édition 2018 sur le thème « approches critiques des fictions médiatiques: enjeux, outils, méthodes ». Entouré de camarades de La Brèche pour un panel commun, je donne une communication intitulée « La méthode de recherche-création en Arts Plastiques appliquée à la bande dessinée numérique: quelles complémentarités avec les méthodologies d’autres champs disciplinaires? »

Et dimanche, je serai présent au festival Quai des Bulles sur le stand de L’Egouttoir, où je pourrais dédicacer de vieilles choses.

BAM n°4

C’est à la soirée de lancement de BAM n°4 hier soir que je me suis rendu compte que j’étais au sommaire de ce numéro (pas moins de 16 gribouillis pourtant!). Il faut dire aussi que « les pages de ce numéro de BAM ont été réalisées pendant la soirée BAM masqué au Bar à Mines à Rennes. » Ceci peut expliquer une mémoire troublée.

BAM n°4, prix libre, trouvable au Bar à Mines et dans quelques librairies à Rennes

Table ronde à Genève

Je participe à une table ronde sur la bande dessinée numérique à la villa Bernasconi à Genève, samedi 19 à 17h. J’y serai aux côtés de Yannis La Macchia, Oriane Lassus et Benoît Crucifix. La discussion sera modérée par Raphaële Perret. Cette table ronde est organisée pour la journée dédiée à la Collection RVB dans le cadre de la résidence des éditions Hécatombe à la Villa Bernasconi. Divers événements sont organisés dans le cadre de cette résidence.

 

« Images fragiles » dans étapes: n°242

« Images fragiles », un article sur le gif animé et les images activables, est paru dans le numéro de mars-avril de la revue étapes:. Je prends pour prétexte une sélection de dispositifs désormais iconiques de la bande dessinée numérique pour esquisser quelques réflexions esthétiques sur le caractère profondément instable de ces images.

On the Pleasure of Coding Interface Narratives

Mon nouvel article scientifique intitulé «On the Pleasure of Coding Interface Narratives» est maintenant disponible sur la revue en ligne The Comics Grid.

C’est un texte tiré de la communication que j’avais donné en juin 2016 au colloque Poetics of the Algorithm à Liège, et qui a été largement remanié. Il me tient particulièrement à cœur car il reprend trois points majeurs de ma thèse et leur donne une nouvelle perspective en les reliant à travers la pratique du code dans la création numérique. Il y est question de récit-interface, d’approche critique de l’outil numérique et de prise en charge du spectateur dans la narration. 

Abstract: The practice of coding directly confronts the comics creator with digital technology in a way that can prove fruitful for the making and understanding of digital comics. This paper presents a personal critical reflection on the author’s own creative practice, addressing three theoretical and practical issues that mark the relationship between coding, interface and narrative in the creation of digital comics: the writing of the interface, the critical approach to the digital tool, and the inscription of the ‘reader-actor’ into the interface of the digital text.

>> Lire l’article intégral <<

Exposition des étudiants du Master Création Numérique

Samedi 10 février, à l’occasion des portes ouvertes de l’Université Rennes 2, les étudiants du Master Création Numérique exposent leurs créations sur les différents plateaux du Pôle Numérique Rennes Villejean. J’avais été assez bluffé par l’exposition de l’an dernier (niveau des réalisations, poésie, moyens techniques mis en œuvre) et la lecture du guide d’exposition de cette année en promet au moins autant! En tant qu’ancien étudiant de l’ancêtre de ce Master (vous suivez?), j’y présenterai les Monstres d’Amphitrite sur tablette.

Cliquez sur l’image pour accéder au guide d’exposition:

Entretien avec Daniel Merlin Goodbrey sur Du9

Mise en ligne vendredi dernier sur Du9 de mon entretien avec Daniel Merlin Goodbrey.

Daniel Merlin Goodbrey est l’un des pionniers les plus importants et les plus prolifiques de la bande dessinée numérique. Débutant ses expérimentations autour de l’an 2000, il a exploré un large panorama de formes et d’utilisations de la publication en ligne, depuis les webcomics les plus simples jusqu’à l’interactivité pensée pour ordinateur ou tablette. C’est donc tout naturellement qu’il s’est récemment lancé dans une thèse à la University of Hertfordshire et qu’il participe au projet Electricomics. Pourtant, il reste étonnamment inconnu en France, même au sein de la communauté qui s’intéresse à la bande dessinée numérique, que ce soit dans la pratique ou dans la recherche. D’où cet entretien, qui (espérons-le) contribuera à régler cette situation paradoxale.

TONY : Vous avez commencé vos expérimentations entre bande dessinée et Internet autour de l’année 2000. On peut parler d’une sorte d’année-charnière, puisque c’est l’année où est paru le Reinventing Comics [Réinventer la bande dessinée] de Scott McCloud. Ce livre a-t-il été un déclic pour vous ? Ou êtes-vous venu à la bande dessinée numérique par d’autres voies et pour d’autres raisons ?

DANIEL MERLIN GOODBREY : Reinventing Comics a sans aucun doute été une grande influence pour moi, c’est vrai. Mais en réalité, j’avais déjà commencé à sérieusement faire de la bande dessinée sur le web en 1999 avec une série qui s’appelait Rust. Alasdair Watson s’occupait de l’écriture et du design, et je fournissais les visuels. Alasdair avait quelques idées intéressantes sur l’utilisation de l’animation pour enrichir la narration, et sur le recours au HTML pour la construction de la structure de la bande dessinée, afin qu’elle puisse s’adapter de manière dynamique aux dimensions de l’écran. Travailler sur Rust m’avait sensibilisé au potentiel de la bande dessinée numérique, ce qui fait que quand Reinventing Comics est sorti, cela m’a vraiment ouvert l’esprit avec pas mal de nouvelles idées. Il y avait à l’époque beaucoup de potentialités suggérées par McCloud, mais que bien peu de personnes essayaient vraiment de mettre en œuvre. Je me suis donc mis en tête de combler ce manque, et j’ai commencé à produire des bandes dessinées numériques expérimentales aussi vite que je le pouvais. (…)

>> lire la suite sur Du9 en VF ou en VO <<

Les Monstres d’Amphitrite à Francfort

Les Monstres d’Amphitrite sera exposée à la Foire du Livre de Francfort du 11 au 15 octobre, dont la France est le pays invité d’honneur. A cette occasion, la CIBDI assure le commissariat de l’exposition « La bande dessinée d’expression française aujourd’hui », au sein de laquelle sera présentée une sélection de bandes dessinées numériques, dont Les Monstres d’Amphitrite. Les œuvres seront accessibles aux visiteurs sur huit iPads. Dans ce but, j’ai porté Les Monstres d’Amphitrite au format application pour iPad: je raconterai peut-être un jour cette épopée rocambolesque où j’ai découvert l’univers d’Apple… en trois mots: plus jamais ça! Il est à noter qu’à cause des sur-verrouillages absconds et horripilants de cette marque, je n’ai même pas pu tester l’application avant l’exposition, alors advienne que pourra…

Voir le site de « Francfort en Français ».