La méthode de recherche-création en Arts Plastiques: prescription, prospective et mise à l’épreuve de l’objet

On continue décidément dans la série des annonces liées à mon activité scientifique, puisque c’est aujourd’hui que sort le dernier numéro de la revue Belphégor, Littératures populaires et cultures médiatiques, qui publie une partie des actes d’un colloque auquel j’avais participé en 2018. Il résulte de cette communication un article qui contribue à sa façon à alimenter les réflexions en cours un peu partout sur les méthodologies de recherche et d’évaluation en arts plastiques: « La méthode de recherche-création en Arts plastiques: prescription, prospective et mise à l’épreuve de l’objet ». Cliquez sur les liens dans le texte pour accéder aux ressources; résumé de l’article ci-dessous:

La méthode de recherche-création propre aux arts plastiques place l’universitaire dans une position atypique : celle de chercheur-artiste, impliqué lui-même dans la construction de l’objet qu’il se propose d’étudier. Si on peut justifier cette méthode en faisant des analogies entre la démarche scientifique et le processus de création de l’artiste (Toulouse 2012), cela n’est pas sans poser problème en pratique. Ainsi, si les arts numériques et technologiques notamment ont permis d’établir des partenariats institutionnels associant création et ingénierie, il apparaît que la partie création reste souvent la plus difficile à valoriser (Fourmentraux 2011). Je discute ici des apports et des écueils ou difficultés de cette méthode dans ma propre thèse portant sur la bande dessinée numérique (2014). Pour cela, je la mets en perspective avec trois thèses qui ont été soutenues sur cet objet entre 2010 et 2016 dans différents champs disciplinaires. Cette étude comparative met en lumière trois démarches plus spécifiques à la recherche-création : prescription, prospective et mise à l’épreuve de l’objet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.